photo Hubble NASA Sciences & Environnement

Télescopes spatiaux : de Hubble à James Webb

L’exploration spatiale a toujours été un objectif universel pour l’humanité. De la Lune à Mars, l’homme ne cesse de rêver d’autres mondes. Si la science fiction nous voit déjà aux confins de l’univers à voyager à la vitesse de la lumière, la réalité est toute autre.

Il semble que la technologie dont nous disposons pour l’instant nous empêche d’aller plus loin. L’étoile la plus proche est beaucoup trop loin pour s’y rendre. Qu’à cela ne tienne, si nous ne pouvons pas y aller physiquement, redécouvrons l’immensité de l’espace grâce à nos télescopes. De Hubble à James Webb, les télescopes nous en apprennent chaque jour un peu plus sur nos origines. Un petit tour d’horizon s’impose !

Voir plus loin, c’est voir plus tôt 

Un télescope, ça permet de voir loin, on sera tous d’accord là dessus. Cependant, l’outil permet aussi de remonter dans le temps. Incroyable, non ?

En fait, quand on regarde un objet lumineux dans le ciel, c’est sa lumière qu’on perçoit, pas l’objet en lui même. La lumière met un certain temps à nous parvenir, ce qui veut donc dire qu’on voit les objets comme ils étaient il y a un certain temps. Par exemple, la lumière du soleil met huit minutes à nous parvenir, nous voyons donc le soleil tel qu’il était il y a huit minutes. Conséquence directes de ce phénomène : si le soleil cessait de briller maintenant, on ne le saurait que dans huit minutes. 

De la même façon, la lumière qui nous parvient des galaxies et étoiles lointaines met très longtemps à nous parvenir : nous les voyons donc telles qu’elles étaient il y a plusieurs millions ou milliards d’années

Hubble, retour vers le passé

Idée d’après guerre, Hubble à mis presque 30 ans à être construit et mis en orbite basse. Il tourne aujourd’hui autour de la terre a 540 km de hauteur. Avec un miroir d’un peu plus de 2m pour 828 kg, Hubble nous a offert les plus belles images que nous connaissions.

Seulement voilà, même les plus grands héros doivent un jour prendre leur retraite. Hubble, après presque 30 ans en orbite, est aujourd’hui dépassé par les technologies au sol, que ce soit en terme de qualité d’image ou de précision photométrique. Sa longévité, il ne la doit qu’aux nombreuses mises à niveau qu’il a subit au cours du temps. 

Hubble nous a permis de voir de jeunes étoiles et des plus âgées, de découvrir nos galaxies voisines, de théoriser sur leur naissances et celle de l’univers. Mais voilà, tout ce que nous avons à l’heure d’aujourd’hui, ce sont des théories, et une envie d’aller beaucoup, beaucoup plus loin (et donc beaucoup plus tôt). Et puisque le HST (Hubble Space Telescope) a atteint ses limites, il est temps de saluer le petit nouveau : James Webb Space Telescope.

Le James Webb Space Telescope

Qualifier le JSWT de petit est un bien  grand mensonge. A bien des égards, il est plus grand qu’Hubble, et nous permettra d’étendre nos connaissances de l’univers qui nous entoure. Avec son miroir de 6,5m pour 705kg, le JSWT (James Webb Space Telescope) rendra des images de galaxies et d’étoiles jusqu’à 200 000 ans après le Big Bang. Equipé de nombreuses technologies complexes (spectromètre, coronographe …), il sera mis en orbite bien plus lointaine qu’Hubble, à 1,5 millions de km de la Terre. 

Comprendre les autres mondes

Les objectifs du JWST sont divers. Si tout se passe comme prévu, nous devrions observer la naissance des premières étoiles et des premières galaxies. De plus, le James Webb servira à caractériser l’atmosphère des exoplanètes. Nature, climat, caractéristiques chimiques, ces autres mondes sont prêts a nous révéler leurs secrets. Mais pour cela, il faudra attendre le printemps 2019 et le lancement du JWST !

Véritable merveille technologique, le JWST a demandé la collaboration de la NASA, du CSA et de l’ESA. Le produit fini est une véritable prouesse, preuve encore une fois que lorsque nous travaillons tous ensemble, nous pouvons aller loin, très loin.

 

Sources :

Pierre Olivier Lagage, astrophysicien. Conférence donnée à L’université de Strasbourg le 18 janvier 2018

NASA Astronomy Picture Of the Day

 

Laisser un commentaire