abeilles-eciences-et-environnement

Pourquoi faut-il protéger les abeilles ?

C’est devenu un vrai problème : les abeilles disparaissent trop rapidement. La mortalité des petites bêtes atteint des chiffres record ces dernières années. On en entend parler absolument partout, les apiculteurs n’ont de cesse de s’en plaindre. Mais pourquoi la disparition d’un si petit insecte est-elle si désastreuse

Pourquoi les abeilles disparaissent-elles ?

Depuis quelques années, le nombre d’abeilles diminue à vue d’œil. Dans certaines régions, on observe même une disparition totale ou partielle de l’insecte. Ce phénomène très étrange est appelé syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles. Mystérieusement et sans raison apparente, les abeilles disparaissent sans laisser de traces. 

Un tel effondrement du nombre d’abeilles peut avoir plusieurs causes. Parmi les causes possibles, on compte également les pathogènes (virus, champignons …), le manque de végétaux (dû a une agriculture très intensive), et bien sûr les causes génétiques. 

Mais les apiculteurs remettent également au cause ce que l’on appelle la pollution électromagnétique. De tels signaux troubleraient grandement le comportement des productrices de miel. Le phénomène pourrait désorienter les abeilles et causer des pertes de mémoire, ce qui les empêcherait de rentrer à la ruche, laissant donc cette dernière abandonnée. 

Enfin, on parle également de « perturbateurs endocriniens » comme étant la cause de la disparition des abeilles. Cette expression désigne de nombreuses molécules, souvent des agents chimiques, qui agissent notamment sur l’équilibre hormonal et le système nerveux de nombreuses espèce. Les abeilles butinent des fleurs polluées par des pesticides en tout genre, ce qui peut provoquer de grands dégâts sur leur organisme. De nombreuses fonctions vitales peuvent ainsi être altérées, de la croissance au développement en passant par les fonctions sexuelles et reproductrices, mais aussi le sommeil. Chez les abeilles, les perturbateurs endocriniens qui attaquent leur système nerveux les empêchent surtout de regagner les ruches. 

Pourquoi est-ce un problème ?

Si ce problème semble des plus anodins, il est important de rappeler le rôle de l’abeille dans notre écosystème, et ce qu’une hypothétique disparition de son espèce aurait comme conséquence sur notre environnement.

Responsables du processus de pollinisation, qui permet aux plantes de se reproduire, ces petits insectes volants sont au cœur de nos écosystèmes. 80% des espèces végétales dépendent de la pollinisation, et donc directement de la présence des abeilles. C’est en déplaçant le pollen en butinant différentes fleurs (afin de créer miel ou encore cire) que les abeilles effectuent ce service écologique rendu à la Terre. Elle sont donc purement et simplement un maillon indispensable de la chaîne de l’écologie. 

Mais les abeilles sont aussi de véritables architectes : il est difficile de ne pas apprécier la rigueur et la beauté d’une ruche créée de toute pièce par de tels insectes. Si l’hexagone est reconnu depuis toujours comme la forme la plus solide par les mathématiciens, elles y avaient pensé avant nous. C’est d’ailleurs l’homme qui s’en est inspiré pour créer de nombreuses structures à base d’alvéoles et d’hexagones. Comme quoi, la nature est bien faite, et il faut la préserver. 

abeilles-science-et-environnement
Les abeilles sont de véritables architectes !

Qu’est-ce qu’on peut y faire?

Il existe plusieurs solutions pour protéger les abeilles. Vous pouvez parrainer une ruche , aider un apiculteur ou créer vous-même un jardin où les abeilles seront les bienvenues (sans utiliser de pesticides, du coup). Consommer du miel local aidera aussi l’apiculteur de votre région à prendre soin de ses abeilles. En semant des fleurs, vous participerez également à la sauvegarde des abeilles. Si un essaim d’abeille décide de faire de votre maison sa résidence, inutile de vouloir le détruire : appelez plutôt un apiculteur local qui sera ravi de reloger les abeilles.

Une réflexion au sujet de « Pourquoi faut-il protéger les abeilles ? »

Laisser un commentaire