futur intelligence artificielle Sciences & Environnement

L’intelligence artificielle : un danger pour l’humanité ?

Il existe une controverse très populaire dans le monde de la technologie : celle du rôle de l’intelligence artificielle dans notre futur. D’un côté, on imagine des scénarios catastrophe où l’AI domine le monde et annihile l’humanité. De l’autre, on l’imagine comme une gentille petite machine prête à tout pour nous aider. La vérité est, évidemment, plus complexe et plus nuancée. Afin de vous aider à vous faire une idée sur la question, voici quelques éléments de réponse. 

L’évolution de l’idée 

Contrairement aux idées reçues, l’intelligence artificielle est un concept vieux comme le monde. L’idée d’une super intelligence peut être trouvée aussi loin qu’à l’Antiquité grecque, bien avant donc, les premiers robots. A l’époque, déjà, les philosophes rêvaient d’un autre type d’intelligence.

Evidemment, c’est dans les années 1950 que l’idée renaît vraiment. L’intelligence artificielle se voit mise au centre de nombreux films et livres, et, rapidement, la science va suivre cette idée. L’un des esprits les plus brillants de notre ère, Alan Turing, créa le Test de Turing. Il évalue la capacité d’une machine à penser comme un être humain. A cette époque, l’utilité du Test n’était pas vraiment claire. Aujourd’hui, pourtant, on en comprend tout le bénéfice.

Et Turing était, en effet, bien en avance sur son temps. En 1938, il rêvait déjà d’une supermachine capable de résoudre tous les problèmes … et avait prédit qu’elle serait complètement impossible à construire. (Douglas Adams avait, lui aussi, pensé a une telle machine qui donnerait le sens de la vie …et il se trouve que la réponse est 42.)

En fait, d’après Turing, les machines qu’on construit, peu importe combien elles sont intelligentes, ne réussiront jamais à répondre aux questions qui nous échappent (toutes celles qui relèvent de la philosophie et la métaphysique, par exemple). Les scientifiques continuent, cependant, à essayer de prouver à Turing qu’il avait tort.

L’essort de l’intelligence artificielle

Aujourd’hui, l’intelligence artificielle est absolument partout. Dans les téléphones portables, les recommandations de votre compte Netflix et même les marchés de trading. Bientôt, l’AI s’exportera à d’autres secteurs, comme le cyber terrorisme et l’exploration spatiale. Des scientifiques de renom, comme Elon Musk ou Stephen Hawking, spécialistes du sujet, sont unanimes : il faut que l’intelligence artificielle reste « bénéfique pour l’humanité ». Garder le contrôle des machines, en somme.

Aujourd’hui, on dénote de nombreux cas d’intelligence artificielles capables de faire des choses un peu folles, comme développer leur propre langage, où, à l’instar d’une des AI de Google, de créer leur propre intelligence artificielle

Il est donc possible, que, dans un futur proche, les robots nous volent notre travail. Après tout, ils sont une alternative plus sûre et moins chère à l’être humain. Elles sont capables de devenir meilleures  beaucoup plus rapidement que nous et notre système biologique. Cela étant, à court terme, l’AI aura encore et toujours besoin de l’être humain. Il apparaît clair, aujourd’hui, que l’humain ne saurait sans doute plus vivre sans l’intelligence artificielle. L’inverse est, pour l’instant, tout aussi véridique. 

La ligne séparant le bien du mal est très fine là où l’intelligence artificielle est concernée. C’est à nous de choisir où nous la dessinerons. Il restera surement toujours des êtres humains pour guider les machines, et la révolution à la « I-Robot » est encore bien lointaine, si toutefois elle doit arriver. 

Sources : Wired, Futurist, Forbes, Bloomsberg, New Scientist 

Laisser un commentaire