nucléaire France Sciences & Environnement

La France et le nucléaire : une histoire qui dure

Depuis l’implantation des premières centrales nucléaires en France, le pays vit une véritable histoire d’amour avec le mode de production. Elle ne peut littéralement plus s’en passer. Malgré une controverse très prononcée, le pays reste attaché au nucléaire, qui semble être la solution a tous les problèmes énergétiques

Il est important de rappeler que plus de 70% de l’énergie produite en France provient du nucléaire. C’est surement pour ça que le débat continue à faire rage : faut-il ou non sortir du nucléaire ?  Est-ce une énergie propre et renouvelable ? Aucune de ces questions n’a de réponse claire et nette, et comme souvent, tout est relatif et dépend du point de vue de celui qui pose la question. Voici cependant quelques éléments de réponse.

 

Une énergie relativement propre

Le nucléaire est bel et bien considéré comme une énergie « écologique ». Là encore, tout est relatif. En fait, le nucléaire ne produit pas ou presque pas de CO2. La vapeur qui s’échappe des centrales nucléaire est de la vapeur d’eau (et n’a donc pas d’impact sur la pollution de l’air).Les procédés qui utilisent du pétrole ou du charbon, eux, émettent énormément de pollution fine en remettant du CO2 dans l’air, et sont donc en partie responsables de la pollution de l’air et du réchauffement climatique

C’est un mode de production qui est donc relativement propre par rapport à d’autres, avec une empreinte carbone similaire à celle des éoliennes et 70 fois plus faible que celle des centrales à charbon. En remplaçant le nucléaire, donc, il y a fort à parier que nous augmenterions notre empreinte carbone ce qui ne serait pas une bonne nouvelle pour l’environnement (même si on venait a tout remplacer par de l’éolien et du solaire!)

 

La technologie au service du nucléaire

En regard des autres modes de production, c’est loin d’être le plus dangereux. D’ailleurs, d’après une étude de la NASA datant de 2013, le nucléaire aurait empêché 1,8 millions de morts entre 1970 et 2009. Puisque les déchets toxiques sont stockés loin des êtres humains, leurs effets ne se font pas ressentir sur nos corps : des malades telles que des cancers peuvent être évitées, là ou le travail dans les mines de charbon, par exemple, reste très dangereux.

Certes, à l’heure d’aujourd’hui, le nucléaire reste très polluant avec les déchets qu’il produit et dont on ne sait absolument pas quoi faire. Pourtant, les choses pourraient changer rapidement. Si la technologie nucléaire que nous utilisons est un peu ancienne, nous disposons actuellement de nouveaux éléments qui pourraient bien changer la donne. 

 

 

Prenez, par exemple, le réacteur à thorium. Le principe de production resterait similaire, mais les déchets seraient radioactifs bien moins longtemps. Il ne faudrait qu’une tonne de thorium pour produire autant d’énergie qu’avec 200 tonnes d’uranium. Si un tel type de réacteur venait à voir le jour, beaucoup de problèmes seraient résolus. 

De façon plus utopique et presque digne de la science fiction, on peut également penser à la fusion nucléaire : c’est le procédé qui crée de l’énergie au cœur même des étoiles. Parvenir à faire une telle prouesse sur Terre relèverait du miracle, c’est vrai, mais l’humanité a relevé des défis bien plus impressionnants par le passé. 

Le nucléaire n’est pas pas un mode de production 100% écologique et encore moins 100% sûr, mais il apparaît aujourd’hui comme le plus efficient. Dans une société qui demande de l’énergie en continu et en quantité toujours grandissante, la question a se poser n’est peut être pas « doit-on réduire l’impact du nucléaire » mais plutôt « doit-on réduire notre consommation d’énergie »…

 

Partie 2 : La France et le nucléaire : l’heure de tourner la page ? 

Sources :

Kurzgesagt

ERSE

 

Laisser un commentaire