classification exoplanètes Sciences & Environnement

Classification des exoplanètes

Depuis la découverte de la première exoplanète en 1995, une véritable fascination s’est crée pour ces dernières. Si bien qu’aujourd’hui, on en compte plus de 3700. Face à ce nombre gigantesque et qui continuera à grandir (notamment grâce à l’arrivée de nouveaux télescopes spatiaux) les scientifiques ont eu besoin d’une manière de s’y retrouver.

Ainsi, la création d’une table de classification des exoplanètes a été un bon moyen de trier et d’étudier la répartition des différents types de planètes dans l’espace. La solution se présente sous la forme d’un tableau de classification inspiré de celui de Mendeleïev pour les éléments chimiques.

Création de la table périodique des exoplanètes

L’équipe à l’origine de ce tableau est celle d’Abel Mendez, de l’université de Porto Rico à Arecibo. Le tableau classe ces exoplanètes selon 18 cases et  6 en colonnes triant la masse et la taille,  et 3 en ligne catégorisant la température. Les planètes peuvent ainsi être catégorisées, ce qui facilite grandement le travail  des chercheurs.

Quelques données intéressantes ressortent déjà du tri des planètes découvertes à ce jour. Par exemple, la catégorie « Jupiters chaudes » est la plus présente en proportion, alors que ce type de planète est absent de notre système solaire ! De plus, seules 0.6% des planètes découvertes à ce jour correspondent à un type semblable à celui de la Terre. Autrement dit, seulement 0,6% des exoplanètes sont potentiellement habitables (et ce chiffre se réduit encore lorsqu’on prend en compte d’autres critères)

Evidemment ces résultats sont à relativiser, la puissance de nos télescopes nous permettant de découvrir bien plus facilement des planètes de type « Jupiters chaudes ». La principale méthode de découverte d’exoplanètes est l’observation des étoiles. Si une faible obscuration de la lumière de l’étoile se produit d’une façon plus ou moins périodique, on peut supposer l’existence d’une planète orbitant autour de l’étoile. On voit donc bien que les « Jupiters chaudes » ont plus de chance (pour le moment) d’être découvertes.

Découvrir soi-même le tableau

Je vous conseille vivement d’aller jeter un coup d’œil à ce tableau et plus particulièrement à son actualisation. En effet sur le site fourcaudot, assez vieux à l’échelle de la rapidité à laquelle on découvre les exoplanètes, vous retrouverez le tableau tel qu’il était en 2012. La rapidité de nos découvertes est impressionnante. N’hésitez pas à consulter nos sources! Si le sujet vous passionne, vous pourrez peut être y apprendre encore plus !

Sources :

 

Laisser un commentaire