La Chine et son armée de reforestation Sciences & Environnement

La Chine déploie son armée pour planter des arbres

La volonté de la Chine de lutter contre la pollution de l’air est telle qu’elle vient de réassigner 60 000 de ses soldats à un nouvel objectif : créer la plus grande foret artificielle du monde.

La Chine et sa « muraille verte » 

La Chine ambitionne un plan massif de reforestation depuis 5 ans. En effet, celle-ci a  déjà planté 33.8 millions d’hectares de forêt. Nombre qui devrait encore augmenter de 6.66 million d’hectares cette année, notamment grâce à l’intervention de l’armée de « Terre ». Cela correspond à un petit peu moins que la superficie de l’Irlande plantée en 1 an.

Le pays souhaite faire passer son pourcentage de zone boisée de 21.7% en 2016 à 23% en 2020. Une augmentation à la fois rapide et nécessaire, la Chine souffrant déjà énormément de la pollution de l’air.

On peut comparer cette progression à celle dans le monde, mettant ainsi en relief cette bonne nouvelle. En effet la superficie forestière mondiale ne fait que chuter depuis les années 1990. 

La nécessité de cette « muraille verte » vient aussi de l’expansion du désert de Gobi. Celle-ci étant de 3000 km2 par an depuis le plan de déforestation massif voulu part Mao dès 1958. Les ambition du gouvernement chinois sont de créer d’ici 2050 la plus grande forêt artificielle du monde.

D’après le média Asia Times, les soldats prennent la direction de la province de Hebei, extrêmement polluée à cause de l’industrie intensive présente sur place.

L’armée ?

On peux se demander pourquoi avoir envoyé l’armée pour une telle tâche. Cela s’inscrit en fait dans le plan de licenciement de 300 000 soldats chinois décidé par pékin en 2015. En plus de ces licenciements, une partie de l’armée à été réaffectée à des tâches non militaire comme la plantation d’arbres ou même la construction d’infrastructure.

La Chine semble donc privilégier l’écologie au militaire. On ne peux qu’espérer qu’elle continue sur cette lancée.

Sources : 

World Economic Forum

World Bank

Laisser un commentaire